include_decouvrir


Les dernières nouvelles du vélo




retour

retour dernières nouvelles du vélo

Un site citoyen pour la promotion du vélo à Lyon et pour effectuer des sorties cyclistes de type "balade" ou "randonnée".
Pour participer, ou adhérer, ou se connecter à son espace ou consulter le calendrier prévisionnel cliquezici

art 338: Vélo Utile de Saint-Brieuc et action du 17 novembre " Essence trop chère ? Changez de pompe ! "

18/03/2018 

https://velo-utile.fr/site/

Généralisation progressive du marquage du vélo afin d'éradiquer le vol et le recel de vélos

Vendredi 19 octobre

Le plan vélo annoncé par le Premier ministre le 14 septembre dernier prévoit la généralisation progressive du marquage des vélos afin d’éradiquer le vol et le recel de vélos.
Des informations erronées circulent dans la presse et sur les réseaux sociaux depuis hier et sont démenties par le Gouvernement.

Retrouvez l’analyse de la FUB sous forme d’un Vrai / Faux dans le communiqué de presse ci-joint et sur http://www.fub.fr/presse

{{Hoverboard-trottinette-velo-electrique, qui peut rouler où ?}}

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/01/hoverboard-trottinette-velo-electrique-qui-peut-rouler-ou_5362664_4355770.html





Vendredi 21 septembre

Plan vélo: «Une rupture avec tout ce qui s’est fait jusque-là en matière de politique vélo»

https://www.nouvelobs.com/societe/20180914.OBS2357/plan-velo-le-gouvernement-joue-petit-bras.html
FH

Le 21 sept. 2018 à 01:50, erick <e.marchandise@free.fr> a écrit :

> Bonjour,
>
> Dans les voyages à vélo en groupe, il y a quelques discussions récurrentes comme, par exemple, faut-il remercier les automobilistes qui s’arrêtent pour nous laisser passer quand nous sommes prioritaires ? Ceux-là croient les encourager à des comportements vertueux. De l’autre côté, il y a ceux qui ne voient pas pourquoi ils les remercieraient d’appliquer le code de la route. Entre deux, il y a ceux, dont je fais partie, qui optent pour un signe de tête, un geste discret, simple reconnaissance entre deux personnes sur la route.
> J’ai le sentiment que la FUB en ce moment est plus du côté du merci tonitruant que la simple reconnaissance d’un plan qui va un peu plus loin que les deux précédents sans être historique. La création des DSC valait certainement, dans son impact sur la pratique du vélo, bien 50 millions d’euros.
> Ci-dessous la position du Shift Project sur le plan vélo.
>
> Erick Marchandise
>
>> The Shift Project salue le « Plan Vélo », premier de cette envergure et présenté par le Premier ministre, mais regrette ses (fortes) limites.
>>
>> « Plan vélo » : peut (beaucoup) mieux faire
>>
>>
>> The Shift Project salue le lancement du « Plan Vélo », premier de cette envergure, présenté par le Premier ministre <https://theshiftproject.us2.list-manage.com/track/click?u=cbe9be2fac311a9f76c543bbd&id=6798699a57&e=fdf6a60763> le 14 septembre. Le Shift regrette néanmoins la faiblesse des moyens alloués, et le fait que la priorité n’en soit pas le maillage du territoire en infrastructures cyclables. Le développement du vélo bénéficie pour la première fois en France d’objectifs chiffrés ambitieux (passer la part modale du vélo de 3 % à 9 % d’ici 2024), et d’un budget national spécifique.
>>
>> On peut saluer la volonté de reconnaître pour la première fois la pertinence de ce mode bas carbone, solution phare du rapport « Décarboner la mobilité dans les zones de moyenne densité » <https://theshiftproject.us2.list-manage.com/track/click?u=cbe9be2fac311a9f76c543bbd&id=25c166040f&e=fdf6a60763> , publié par le Shift dans le cadre des Assises de la mobilité en septembre 2017. Cependant, la priorité n’est pas donnée à l’aspect le plus structurant et essentiel de la problématique vélo : proposer rapidement un maillage complet des aires urbaines en matière d’infrastructures vélo. De plus les moyens alloués au Plan vélo (350 millions d’euros sur 7 ans) sont loin d’être à la hauteur de l’enjeu.
>>
>> La France a « besoin de sobriété, en particulier en carbone, besoin d’attractivité dans les centres villes et besoin de solutions de mobilité à la fois pratiques et économes » rappelle Edouard Philippe vendredi dernier. Le gouvernement a choisi de structurer son action autour de 4 axes : 1/ la sécurité, 2/ la lutte contre le vol, 3/ créer un cadre favorable pour reconnaître le vélo comme un mode de déplacement à part entière, 4/ diffuser la culture du vélo dans la société. On peut saluer la multiplicité des considérations abordées, et un certain nombre de mesures ambitieuses, telles que l’apprentissage du vélo dès l’école primaire pour tous les jeunes d’ici 2022.
>>
>>
>> Au niveau infrastructurel, ce plan est axé sur une logique de résorption des coupures liées aux ouvrages d’art, et non sur l’aspect le plus structurant et essentiel de la problématique vélo : le maillage complet du territoire en matière d’infrastructures vélo. Les objectifs devraient se poser en termes de couverture du territoire par un réseau cyclable*. Il s’agit d’une condition sine qua non à un usage accru du vélo, qui conditionne l’utilité de tous les autres aspects abordés : la sécurité, la lutte contre le vol et la diffusion de la culture vélo.
>>
>> Un aspect fait par ailleurs beaucoup défaut dans cette analyse : lorsque l’on parle de passer la part du vélo à 9%, on parle aussi, incidemment, de faire reculer celle de la voiture. Or, aucune mesure n’apparaît qui aurait pour effet de contraindre l’usage de celle-ci. Pourtant, si l’on veut allouer de l’espace au vélo, le seul moyen de le faire est de prendre de l’espace à la voiture : à quand une politique réellement dissuasive de ce mode excessivement carboné ?
>>
>> Nombre de mesures proposées par le gouvernement – telles les sas vélo aux feux, les consignes sécurisées et le marquage des cycles, etc. – ne sont pertinentes que si le vélo est utilisé, donc si le réseau cyclable existe au préalable**. Elles sont d’ores et déjà pertinentes pour les villes denses couvertes d’un réseau cyclable, au contraire des zones périurbaines où celui-ci est souvent inexistant. Les zones périurbaines représentent pourtant 43% de la population métropolitaine et le vélo y serait un outil efficace de décarbonation de la mobilité. Or, si l’on veut être sérieux sur le développement du vélo, il est nécessaire de dépasser l’approche purement urbaine, en développant un réseau cyclable en banlieue, puis en grande périphérie des aires urbaines.
>>
>> Le forfait mobilité et la généralisation du double sens cyclable sont pertinents, mais le seraient encore davantage dans un cadre plus ambitieux. Le forfait mobilité durable, basé sur le volontariat et sans incitations supplémentaires ne touchera en toute probabilité qu’une faible proportion de salariés. Quant à la généralisation du double-sens cyclable en agglomération, elle est utile pour étendre de manière efficace le réseau, mais seulement si la vitesse est limitée à 30 km/h sur les axes concernés (pour des raisons de sécurité).
>>
>>
>> On peut par ailleurs nuancer l’ambition de ce plan en regardant les moyens qui sont alloués au vélo chez nos voisins. Chez les « champions » du vélo, au Pays-Bas et au Danemark, c’est environ 27€/hab/an de dépenses publiques (État et collectivités) qui sont allouées au vélo <https://theshiftproject.us2.list-manage.com/track/click?u=cbe9be2fac311a9f76c543bbd&id=adafa2f870&e=fdf6a60763> , pour une part modale de 27% des déplacements aux Pays-Bas et 18% au Danemark. L’État français, lui, s’engage à hauteur de 350 millions d’euros. Ces 0,80 €/hab/an sont à ajouter aux 7,70 €/habitant/an que dépensent déjà les collectivités, ramenant l’investissement français au niveau de certaines localités allemandes (le plan vélo allemand prévoit un financement des politiques vélo à hauteur de 9 à 18 €/hab/an en fonction des localités). Le rapport du Shift « Décarbonner la mobilité dans les zones de moyenne densité » <https://theshiftproject.us2.list-manage.com/track/click?u=cbe9be2fac311a9f76c543bbd&id=b308244101&e=fdf6a60763> estime pour sa part les investissements publics pour un système vélo complet à 30€/an/hab.
>>
>>
>> *Par exemple définir des aires 100% cyclables dans les agglomérations, où toute la voirie serait praticable en sécurité par les vélos, sans nécessairement leur être réservée.
>> **En effet, les Français possèdent et stockent déjà un grand nombre de vélo (à 0,7 vélo par adulte en 2008 selon les chiffres de l’Enquête nationale transports et déplacements (ENTD) 2008), mais c’est son usage qui fait défaut.
>>
>> The Shift Project <https://theshiftproject.us2.list-manage.com/track/click?u=cbe9be2fac311a9f76c543bbd&id=b3115b61d5&e=fdf6a60763> , association reconnue d’intérêt général, est un think-tank dont la mission est d’éclairer et influencer le débat sur la transition énergétique en Europe. ÉCLAIRER : nous constituons des groupes de travail autour des enjeux les plus délicats et les plus décisifs de la transition ; INFLUENCER : nous faisons la promotion des recommandations de nos groupes de travail auprès des décideurs politiques et économiques. The Shift Project est soutenu par de grandes entreprises françaises et européennes qui veulent faire de la transition énergétique leur priorité stratégique.
>>
>>
>>
>> Copyright © 2018 THE SHIFT PROJECT, Tous droits réservés.
>>
>> ------ Fin du message transféré
>
> Liste d'echange membres FUB : http://www.fub.fr




Vendredi 14 septembre

INTERVIEW Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) réagit au plan vélo annoncé ce vendredi après-midi par le Premier ministre Edouard Philippe...

https://www.20minutes.fr/societe/2336651-20180914-plan-velo-rupture-tout-fait-jusque-matiere-politique-velo



{{Ce que le vélo peut apporter aux femmes. Le vélo c’est le mouvement, l’autonomie, une liberté...}}

https://www.helloasso.com/associations/fil-rouge/collectes/la-roue-libre

{{Le congrès de la FUB (à Lyon) est désormais terminé et les résultats complets du Baromètre des villes cyclables sont disponibles}} à ce lien :

https://public.tableau.com/profile/fub4080#!/vizhome/BarometredesVillesCyclablesresultatfinal/Accueil

Comme l'a martelé Olivier Schneider (président de la FUB) durant le Congrès, il est indispensable d'aider Elisabeth Borne à obtenir les arbitrages financiers auprès de Bercy. Que ce soit dans vos contacts avec la presse locale, ou dans la page présentant votre analyse des résultats du baromètre, n'hésitez pas à indiquer le lien vers la vidéo du discours de la Ministre que vous pouvez surnommer 'la petite reine doit grandir' : https://www.youtube.com/watch?v=MFCZJLIjSxE&t=89s. Nous vous proposons d'insister sur le fait qu'elle annonce un plan vélo sincère, structuré et financé, mais que nous craignons que le côté financé soit la seule planète manquante à cet alignement (comme l'indique le dernier épisode sur le bonus VAE).

90% des répondants considèrent que le vélo est trop dangereux pour les enfants et les personnes âgées (or ce sont eux qui en ont le plus besoin, notamment vu qu'ils sont touchés par la sédentarité), ce qui montre l'urgence de financements nationaux en faveur d'infrastructures {qui feront que les parents laisseront leurs enfants aller au collège à vélo}.

Frédéric HERAN, dans la liste d'échanges des membres de la FUB, signale

http://www.gracq.org/actualites-du-velo/lhumour-au-secours-du-velo

et se rappelle ce que faisait le CADR, l'association strasbourgeoise de cyclistes, dans les années 80, sous la houlette de son président Jean Chaumien. Les médias se régalaient. Les autorités un peu moins…. Et les résultats sont là aujourd'hui !

{2 février 2018 :}
{{Ligue Contre la Violence Routière : analyse de la mortalité routière de décembre 2017}}

La DSCR a tardé à compter le nombre de morts sur la route en 2017 : les chiffres n’ont été publiés que le 1er février.

Après les mois de décembre de 2015 et 2016 en forte hausse, la baisse de 16% du mois de décembre dernier ne suffit pas pour réduire de façon significative la mortalité de l’année.

Durant l’année dernière, il n’y a eu que 21 morts de moins qu’en 2016, mais 188 de plus (+5,7 %) que pendant toute l’année 2013. En 2016, le coût des accidents corporels en France métropolitaine s’établit à 38,3 milliards d’euros (Md€). Le coût total de l’insécurité routière est de près de 50 Md€, soit 2,2 % du PIB.

L’objectif de « moins de 2 000 morts en 2020 », fixé en 2012 par Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, était tout à fait réalisable. La tendance n’a été tenue que pendant 2 ans.

Mais après 3 années d’incantations, de gesticulations et d’errements, la sécurité routière est en panne. Il n’y a plus aucun progrès, 3500 personnes meurent sur nos routes tous les ans, soit près de 10 chaque jour. L’objectif devient inatteignable. Il faudrait une baisse annuelle de
16,6%, à moins de prendre des mesures très fortes et autrement plus fortes que les rituelles campagnes de communication que lance la sécurité routière. Elles n’ont pour seul mérite de ne convaincre que les convaincus. Le mois d’octobre fut le mois du téléphone « au volant le téléphone peut tuer » et le mois de novembre celui de la ceinture de sécurité « attachez votre ceinture, attachez-vous à la vie » !

Le gouvernement actuel a pris conscience de cette tragédie quotidienne. Après avoir consulté les travaux et les propositions des experts, il a décidé de mener une politique de rupture qui permette les meilleurs résultats à court terme : il limitera la vitesse maximale autorisée sur le réseau à chaussées non séparées à 80 km/h. Pour sauver des centaines de vies, ce gouvernement n’a pas hésité à sortir du placard cette mesure proposée en octobre 2013 par les experts du Conseil National de la Sécurité Routière que ses prédécesseurs avaient piteusement abandonnée pour ne pas affronter le lobby pro-vitesse.

« Et si pour sauver des vies il faut être impopulaire, j’accepte de l’être » a dit le Premier ministre, Edouard Philippe, le 7 janvier 2018.

Contrairement à leurs prédécesseurs, les décideurs actuels veulent résister aux groupes de pression malfaisants. Nous saluons leur intégrité. Qu’ils sachent que nous serons à leurs côtés pour défendre cette mesure emblématique.

Vous pouvez le lire à l’adresse http://violenceroutiere.fr/w/2018/02/01/analyse-bilan-de-securite-routiere-decembre-2017/

Merci et bonne lecture.